Thales Alenia Space voit en CHARON-SSP une solution sécurisée et économique

Le défi

Thales Alenia Space exécutait un système SPARC Sun Fire 480R équipé de deux cartes réseau et 4 Go de RAM sur un système Solaris 5.8. Ils utilisaient ce système pour assister leur client final, le Centre national d’études spatiales (CNES), l’agence spatiale française (l’homologue de la NASA). Le logiciel SPARC était utilisé par Thales Alenia Space pour traiter les données de l’interféromètre IASI (consultez le site Web https://iasi.cnes.fr/en/IASI/index.htm) lorsqu’il a été assemblé, intégré et testé avant d’effectuer un long voyage dans l’espace. Toutefois, Thales Alenia Space doit également 1) s’assurer que ces traitements peuvent être appliqués aux données de l’interféromètre en orbite pendant toute la durée de vie de l’IASI, soit une durée d’environ 20 ans, et 2) comparer les calculs obtenus à ceux obtenus par l’IASI lorsque celui-ci était sur terre. Vu qu’il était risqué et coûteux d’entretenir des ordinateurs pendant des décennies, Thales Alenia Space envisageait d’utiliser un émulateur SPARC, mais seulement si ses exigences de performances élevées pouvaient être satisfaites, tant en matière de vitesse que de précision en virgule flottante. Au fur et à mesure que son matériel vieillissait, Thales Alenia Space savait qu’elle devait agir pour protéger et prolonger la durée de vie de ses applications. Chaque application du système SPARC a été testée, certifiée et déjà utilisée avec d’autres satellites. L’adoption d’une toute nouvelle solution nécessiterait la réécriture, une nouvelle analyse et une nouvelle certification des applications, ce qui nécessite trop de temps et d’argent pour de nombreuses entreprises.

 Pour en savoir plus, téléchargez ci-dessous l’intégralité de ce témoignage de réussite :